En novembre, la nature se métamorphose aux quatre coins du monde

Dans un monde où l’activité humaine est quasiment à l’arrêt, seule la nature poursuit sa mue, comme elle le fait depuis la nuit des temps. Au mois de novembre, alors que la France entamait un nouveau confinement, la nature continuait sa métamorphose, partout dans le monde. Quels merveilleux événements prépare-t-elle à cette saison ? Voici trois phénomènes naturels extraordinaires qui ont lieu chaque année sur notre planète. Pour cette édition 2020, ils se sont déroulés loin des regards. Mais ils se répèteront inlassablement l’année prochaine, pour notre plus grand bonheur. Serez-vous de la partie en 2021 ?

Colombie : quand la rivière Caño cristales revêt son manteau coloré 

Au cœur de la région du Meta, au Sud de Bogotá, coule Caño Cristales, ou « le ruisseau des cristaux » en français. Sa particularité réside dans la présence d’une plante aquatique endémique, la macarenia clavigera, qui se déploie de septembre à novembre dans la rivière et tapisse son lit de fabuleuses couleurs. Selon l’emplacement de la plante et son exposition au soleil, le cours d’eau se pare de teintes rouges, roses, violettes, jaunes et orange qui lui valent le surnom de « rivière échappée du paradis ». Impossible de ne pas s’émerveiller devant la beauté pure des lieux et la féérie qui s’en dégage.
Outre ces couleurs sorties tout droit de la palette d’un peintre, les formations géologiques millénaires donnent une dimension et un attrait supplémentaire au site. Par endroit, c’est un peu comme si un architecte de talent avait aménagé la nature : entre vasques, remous, cascades, piscines naturelles et tunnels, l’eau se fraye toujours un passage, même si le chemin est tortueux. Ces eaux à la pureté exceptionnelle et le cadre digne d’un conte de fées sont propices à une baignade rafraîchissante dont vous vous souviendrez ! Mais attention, il est strictement interdit de se baigner là où règnent les plantes aquatiques, car même le sel de la peau peut affecter l’équilibre de cette flore précieuse.

A la jonction de la cordillère orientale, des plaines des llanos et de la forêt amazonienne, cette zone est l’une des plus riches au monde en termes de faune et de flore avec pas moins de 420 espèces d’oiseaux, 10 d’amphibiens, 43 de reptiles et 9 de primates. Des chiffres impressionnants, mais pas forcément hors norme en Colombie. Le véritable trésor de Caño Cristales, c’est bien la macarenia clavigera.
Cet endroit hors du commun est inscrit au patrimoine naturel de l’Unesco.

Si vous rêvez de mettre en place votre voyage d’aventure sur les rives du paradis, contactez-nous !

Botswana : quand le “pan” désertique du Makgadikgadi se transforme en sanctuaire pour les animaux 

Le mois de novembre marque le début de la saison des pluies au Botswana, dont les inondations ramènent la vie dans le Pan du Makgadikgadi. 

Situé au Nord-est du pays, ce “pan” est un désert de sel blanc qui s’étend sur 8000 km2, où se promènent oryx et suricates. Un paysage lunaire et aride, vestige d’anciens lacs ­alimentés par le fleuve Okavango il y a plusieurs milliers d’années.Lors de la saison des pluies, le pan du Makgadikgadi reprend vie sous l’effet des crues de la rivière Boteti, l’un des affluents de l’Okavango, qui transforment le paysage désertique en un habitat luxuriant. On voit alors des milliers d’herbivores revenir fouler les terres du pan, attirés par les pâturages naissants : zèbres, gnous, autruches et antilopes, mais aussi éléphants, girafes et de nombreux oiseaux comme les pélicans et flamants roses, venus profiter de cette nouvelle oasis bienfaisante. Le pan est connu pour être une étape importante dans la migration des zèbres venus de Savuti dans le parc national de Chobe, qui repartent ensuite vers le Delta de l’Okavango.

Attirés par ces animaux des plaines, les prédateurs ne sont pas en reste. En saison humide, le pan compte de nombreux lions et guépards, ces derniers étant particulièrement friands des étendues sans obstacles qu’offrent les lieux pour courser leur proie. Ces vastes plaines profitent aussi aux voyageurs qui peuvent aisément observer ces félins courir, alors qu’ils sont d’ordinaire si difficiles à repérer. La saison humide est très propice aux safaris en voiture comme à pied. Avis aux cavaliers, les plaines inondées sont praticables à cheval… de quoi rendre ces promenades encore plus féeriques.

Il est également possible de se promener, avec un guide, sur les traces des anciennes civilisations qui vivaient autour du pan quand celui-ci était encore un lac, il y a plusieurs milliers d’années.

Proche du Delta de l’Okavango, non loin des chutes Victoria ou encore du désert du Namib, la région du Pan du Magkadikgadi est idéalement située pour y programmer quelques jours de safari et de déconnexion totale pendant votre voyage en Afrique australe.

Cambodge : quand la rivière Tonlé Sap renverse le flux de son courant… et sonne le début de la fête de l’eau

Chaque année au Cambodge, alors que la saison des pluies touche à sa fin, un phénomène naturel unique au monde se produit : la rivière Tonlé Sap renverse la direction de son courant.
Tout commence au mois de mai, avec l’arrivée de pluies torrentielles : l’accumulation de l’eau dans le Mékong est telle qu’elle parvient à changer le sens du cours de la rivière Tonlé Sap, qui remonte alors vers le lac du même nom.
Au mois de novembre, qui sonne la fin de la saison des pluies, le cours d’eau reprend sa direction d’origine pour se déverser dans le Mékong. C’est l’occasion d’une gigantesque fête dans toutes les villes et provinces du Cambodge, nommée Bon Om Touk en khmer : la fête de l’eau, l’une des plus grandes célébrations d’Asie du Sud-Est. Depuis le XIIème siècle, le soir de la pleine lune, on y célèbre la fertilité des eaux de la rivière Tonlé Sap et du fleuve Mékong.
A Phnom Penh, les festivités rassemblent des centaines de milliers de visiteurs de toutes les régions du pays. Elles durent trois jours et s’organisent autour de feux d’artifices, de carnavals et de courses de bateaux sur le Mékong. Plus de 400 pirogues, décorées dans le style traditionnel khmer et pouvant contenir jusqu’à soixante rameurs, sillonnent le fleuve. A Angkor, ces courses ont lieu dans les douves du temple.
La fête de l’eau sonne également le retour de la saison de la pêche : poissons et limons fertiles se sont déversés sur le pays en abondance. Des milliers de pêcheurs vivent sur le lac Tonlé Sap, qui représente le plus grand lac d’eau douce du sud-est asiatique et dont les eaux sont particulièrement poissonneuses.
C’est aussi le retour des croisières sur le Mékong, suspendues jusque-là par manque d’eau pour faire passer les bateaux.
Entre la visite des temples d’Angkor et une croisière sur le Mékong jusqu’au VietNam, venez assister à la fête de l’eau en 2021 et laissez-vous emportez par la magie de cette célébration millénaire… programmez votre voyage avec nous !

Maisons de pêcheurs sur le lac Tonlé Sap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.