De retour du Salvador, Muriel, notre Spécialiste des Amériques au sein de l’équipe d’experts Makila Voyages, nous fait part de ses impressions après avoir découvert ce charmant petit pays.

Connu pour ses plages vierges bordées par le Pacifique, ses paysages volcaniques et ses forêts tropicales, le Salvador et ses magnifiques atouts touristiques ont eu raison d’une mauvaise réputation.

Comme la Colombie un peu plus au sud, c’est un pays extrêmement accueillant qui veut faire oublier ses années sombres en ouvrant ses portes sur sa réalité d’aujourd’hui : une destination magnifique et étonnante.

Voyage au Salvador, un circuit surprenant aux atouts multiples.

Le Salvador, un petit paradis à découvrir d’urgence.

 C’était votre première fois au Salvador, ce petit pays méconnu a-t-il répondu à vos attentes ?

Il m’a très agréablement surprise et plus encore ! Même si je me doutais que le Salvador était bien plus charmant que ce que nous a longtemps soufflé sa mauvaise réputation, j’ai découvert un très beau pays et des gens chaleureux. Ils avaient dans le regard ce sourire plein de reconnaissance pour les voyageurs venus découvrir leur pays.

Je suis partie pour préparer au mieux le programme Salvador que Makila vient d’ouvrir et j’ai plusieurs fois eu cette incomparable sensation d’être seule au monde dans un petit paradis. Le programme Makila dure quinze jours, j’ai fait quasiment le même à l’exception de l’incursion au Honduras.

J’ai eu la chance de découvrir le pays dans des conditions idéales au côté de Pascal Lebailly et de Joaquin Rodezno (ancien ambassadeur du Salvador en France) ; deux grands acteurs du tourisme au Salvador.

Pour le circuit Makila, Pascal sera également votre guide francophone.

Volcans, lacs, Océan Pacifique et atmosphère caribéenne, bienvenue au Salvador.

Quel est le style des hébergements, sont-ils proches des principales excursions ?

Notre premier hôtel était le Boutique-Hôtel le plus raffiné de San Salvador : le « Nico Urban Hôtel ». C’est une élégante villa transformée en hôtel de charme. Puis direction Suchitoto, petit village colonial parfaitement préservé, pour poser nos valises à Los Almendros de San Lorenzo, une demeure historique de plus de 200 ans, classée au Patrimoine National, restaurée en hôtel. On aime l’atmosphère paisible du lieu au cœur d’une nature verdoyante. Chambres classiques et suites sont disponibles ainsi qu’une piscine, on peut rester trois ou quatre nuits à Los Almendros de San Lorenzo.

J’ai plusieurs fois eu cette incomparable sensation d’être seule au monde dans un petit paradis

Point de départ idéal, pour rayonner dans la région et goûter aux réjouissances qui nous entourent. La majesté sereine du lac de Suchitlan, la baie de Jiquilisco et sa réserve naturelle classée Ramsar, véritable paradis pour les oiseaux, la visite d’un atelier pour nous exercer à la teinture sur tissu avec la fameuse poudre bleu d’indigo (añil) ce fût la richesse du pays avant l’introduction du café, une belle ascension vers le sommet du volcan…

Les eaux sulfureuses vert émeraude dans le cratère du Llamatepec.

Le Salvador est connu pour son panorama volcanique, quel est le premier sommet que vous avez gravi ?

C’est le deuxième plus haut du pays. Nous avons fait un trekking jusqu’au sommet du Llamatepec, qu’on appelle aussi Santa Ana, deux heures de marche pour grimper et se retrouver à 2381 mètres d’altitude avec une récompense inoubliable à l’arrivée : la découverte du cratère avec ses eaux sulfureuses vert émeraude et une vue panoramique sur le lac de Coatepeque et les volcans Cerro Verde et Izalco.

Nous sommes alors au plus près d’un monde minéral exceptionnel entourés d’un décor unique. On y reste peu de temps parce que le temps peut vite changer comme toute météo de montagne mais le spectacle laisse une empreinte vibrante.

Les atouts du Salvador ne sont pas aussi connus que les glaciers Argentin ou les chutes d’Iguaçu ni même de la magie de l’histoire d’une civilisation disparue comme au Pérou, mais c’est un pays où il fait bon vivre, à la caribéenne, le temps s’écoule paisiblement et la nature semble ravie d’être là pour vous.

Il n’y a pas de chômage tout le monde travaille, chacun doit trouver une activité pour manger. Fruits, légumes et fruits de mer sont accessibles pour trois fois rien….un bonheur de retrouver des produits sains et gouteux !

Le Salvador ravira les voyageurs gourmands.

Racontez-nous les autres points forts de votre voyage, avant Suchitoto vous aviez commencé par Joya del Ceren ?

Nous arrivons le jeudi 1er novembre, il fait très beau, près de 30 degrés, la meilleure période pour découvrir le Salvador est de novembre à avril. Le Salvador d’aujourd’hui est le fruit de traditions historiques qui puisent aux racines du monde Maya dont les plus belles ruines se trouvent à Joya de Ceren. Classé par l’Unesco au Patrimoine Mondial de l’Humanité, c’est le seul site découvert au monde qui raconte l’habitat rural des mayas.

Il est préservé par les cendres d’une éruption volcanique qui date de 1400 ans. Ici on l’appelle le « Pompéi Maya ». Le site Joya de Ceren a été joliment restauré, il se tient au cœur d’un jardin fleuri, avec arbustes, fruits et fleurs, c’est Le site culturel du Salvador.

C’est un pays où il fait bon vivre, à la caribéenne, le temps s’écoule paisiblement et la nature semble ravie d’être là pour vous.

Autre merveille naturelle du Salvador : le lac de Coatepeque. Cet ancien volcan, dont le cratère s’est effondré, a créé un lac de 3km de diamètre, très profond, aux eaux cristallines de pluie. Je vous conseille également de visiter le petit bijou de Santa Ana son Théâtre néocolonial.

Dimanche 4 novembre, la veille de notre trekking à Santa Ana (Llamatepec) nous avons découvert le nord du pays, après une croisière en ferry sur le lac de Suchitlan, nous visitons des villages typiques comme La Palma, puis nous prenons une route de montagne impressionnante pour atteindre le plus haut sommet du Salvador, le Cerro El Pital.

Après un pique-nique au sommet, on emprunte la route des fleurs avant une soirée à Ataco et une nuit à la « Casa de Graciela » un guest house de luxe comprenant 8 chambres.

Joya del Ceren, les plus belles ruines du monde Maya.

Le lendemain vous faites ce fameux trekking, le mercredi c’est la journée Baya de Jiquilisco et entre les deux c’est une journée consacrée au café et aux plages du Pacifique, vous avez fait le Canopy Tour ?

Oui la journée de mardi est riche de sensations fortes et d’émerveillement.

Au village de Apaneca, nous nous lançons, à 100 mètres au-dessus de la cime des arbres de café, sur les 14 câbles du « Canopy Tour ». C’est une activité type tyrolienne, vous êtes suspendus par un harnais et vous glissez sur les câbles, c’est totalement sécurisé, adrénaline garantie !

Nous visitons une Finca de café pour découvrir le processus de production de ce produit phare de l’exportation salvadorienne, un des meilleurs cafés du monde.

Départ vers la Côte Pacifique par une jolie route serpentant entre les plantations de café, 80 kms de panoramas s’ouvrent sur l’Océan Pacifique, des falaises et de magnifiques petites plages. Nous déjeunons dans le meilleur restaurant de fruits de mers au Sunzal.

Avant de rejoindre la station d’El Tunco, connue mondialement par les surfeurs pour ses belles vagues. C’est le lieu à la mode pour les jeunes Salvadoriens, nous séjournons à l’abri de l’animation bruyante dans un des deux hôtels de luxe, Boca Olas ou Casa de Mar.

Le plaisir de la douceur de vivre au Salvador.

Nous n’associons pas forcément le Salvador à la douceur de vivre mais c’est vraiment ce qui ressort de votre récit, c’est votre ressenti ?

Oui c’est un vrai petit paradis où le temps s’écoule en douceur. Le soleil est permanent et les plages comme les endroits a priori les plus touristiques sont quasiment vierges, à chaque fois que nous arrivons quelque part nous sommes seuls, c’est très apaisant parce que finalement très rare.

Après El Tunco nous arrivons sur une des plus belles plages du Salvador, Maculis, la dernière plage de la côte orientale du pays, avant le Golfe de Fonseca. Nous avons privatisé la casa « Los Caracoles » : une maison entièrement ouverte sur la plage, avec 4 chambres doubles, de larges terrasses en bois, une petite piscine-jacuzzi au bord des vagues et un rancho de hamacs, le tout directement ouvert sur la plage.

 

Au coucher du soleil, le Salvador reste plus que jamais un petit paradis.

C’est exactement la douceur de vivre dont nous parlons. Le séjour s’achève par d’autres moments où le temps semble se suspendre, comme la vue spectaculaire du Golfe et des côtes du Honduras et du Nicaragua au sommet du volcan de Conchagua avant de rentrer à Maculis pour un coucher de soleil somptueux, je ne peux que vous encourager vivement à venir construire votre voyage sur-mesure au Salvador avec nous.

Franck Pelé / Makila Voyages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *