Voyage en Tanzanie au temps du Covid

Florence n’en était pas à son premier safari, ni à son premier voyage avec Makila. Mais celui-ci s’avéra particulièrement extraordinaire. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait croire, voyager au temps du Covid peut réserver de belles surprises. En cette longue période d’incertitude, les touristes sont si peu nombreux qu’il semblerait que le pays vous a été réservé. Voici le récit de Florence, fidèle cliente Makila, qui rentre d’un voyage hors du commun en Tanzanie.

Déjà séduite par Makila Voyages avec qui elle a découvert six pays d’Afrique différents, Florence a interrogé Laure, spécialiste de l’Afrique australe et de l’Afrique de l’Est chez Makila, sur les possibilités qui s’offraient à elle pour mettre en place un nouvel itinéraire.

 “Laure m’a recommandé ces grandes savanes de Tanzanie que je ne connaissais pas, ces paysages du Nord très différents de ce que j’avais déjà vu. Ce sont de hautes herbes à perte de vue, où apparaît de temps à autre un acacia, ou un “kopje” rocheux… un paysage qui s’étend sur des kilomètres et dans lequel les animaux ont une capacité de camouflage étonnante ! ” raconte Florence.

© Florence Solinski

La crise sanitaire survient alors que le voyage est programmé depuis longtemps. Mais en septembre, la Tanzanie reste ouverte aux Français et n’exige pas de test PCR : “Mes vols étaient maintenus. J’ai demandé l’avis de Makila qui m’a rassurée sur le protocole sanitaire très respecté dans le pays. De plus, la Tanzanie étant un pays très convoité en temps normal, maintenir le voyage ne pouvait que le rendre plus beau”, explique Florence.

Des conditions de voyage jamais rencontrées auparavant

Après avoir atterri à Kilimandjaro, Florence met le cap sur le parc national du Tarangire, réputé pour ses forêts de baobabs fantastiques et l’abondance de sa faune. Elle séjourne deux nuits au Maremboi Tented Camp, dans une villa sur pilotis surplombant un lac où s’abreuvent gazelles et autres herbivores. Sur les 30 villas du lodge, seules 5 sont occupées… “Toute l’équipe du camp était aux petits soins pour moi. Cerise sur le gâteau, on m’avait réservé la villa la plus éloignée et la plus au calme de toutes. J’ai compris que c’était une attention de la part de Makila qui sait que je cherche le maximum de tranquillité… C’est agréable d’être accompagnée par une agence qui connaît bien ses clients et prend soin d’eux. C’est vraiment un atout majeur”.

Florence a pu profiter de ce calme tout au long de son voyage. Dans l’immense plaine du Serengeti qui s’étend sur près de 15 000 km², Florence et son guide ne croisent que deux voitures dans la journée. Le reste du temps, ils avancent seuls, sur des centaines de kilomètres.

© Florence Solinski

Au lendemain de sa première nuit dans le camp de toile Kati Kati, au coeur du Serengeti, Florence a prévu de survoler le parc en montgolfière, à l’aube. Nouvelle surprise, ils ne seront que 3 dans la nacelle, pour profiter de la lumière et des paysages des plaines du Seronera vues d’en haut, au petit matin…

Un chauffeur-guide d’un grand dévouement 

L’un des plus beaux souvenirs de ce voyage restera la qualité du chauffeur-guide de Florence : Léonce, qui l’a accompagnée durant tout son séjour et s’est montré très adaptable et enthousiaste. La journée est habituellement organisée entre plusieurs activités : deux heures de safari à l’aube, puis un petit déjeuner au lodge, avant de repartir en safari, et ainsi de suite. Au lieu de cela, Florence et Léonce ont pris le parti de s’en aller tôt le matin en safari en emportant de quoi déjeuner, et de ne rentrer que le soir. Ils ont ainsi profité de journées entières de safari, qui leur ont permis de s’enfoncer loin dans la savane, de s’immerger complètement dans cette nature sauvage et de voir un grand nombre d’animaux. “En traversant les forêts étroites du parc national du lac Manyara, j’ai assisté à la migration de 200 babouins sur la piste… c’était extraordinaire ! Léonce était vraiment expérimenté et faisait toujours attention à ce que je puisse prendre mes photos dans les meilleures conditions. Il anticipait, avait l’oeil pour trouver l’emplacement qui me conviendrait le mieux en fonction de la lumière et de l’attitude des animaux. Pour moi qui aime la photographie, c’était un régal !”

Conduite par Léonce, Florence a également sillonné le Ngorongoro où elle a pu contempler et photographier une multitude de lions, girafes, hippopotames, flamants roses et autres animaux sauvages déambulant au milieu du cratère, entre ses pentes couvertes de végétation.

Sur la route vers le parc national du Serengeti, Florence s’arrête une nuit dans le camp de toile de Kuhama, où un groupe de six personnes vient d’arriver : “Le repas du soir était servi à 19h30, mais on m’a signalé un quart d’heure avant que mon dîner était prêt… J’ai compris que Makila avait encore une fois pris le temps de glisser un mot à mon sujet. J’ai ainsi pu profiter d’un dîner en toute tranquillité avant que le groupe n’arrive.” 

Ce voyage en Tanzanie résonnera longtemps dans la mémoire de Florence. «J’ai été séduite par ce calme inespéré pour visiter le pays, mais aussi par la qualité de prestations de Makila. Tous les hébergements proposés avaient un charme, une raison d’être. Et que dire du professionnalisme de mon chauffeur-guide ! Je ne sais pas combien de fois je suis partie avec Makila, mais à chaque fois c’est le même plaisir ”, conclut Florence.

Et vous, quel sera votre prochain voyage ? Préparez dès à présent 2021 pour profiter du calme ambiant et des meilleures attentions de Makila !

© Florence Solinski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.