Retour de Victoria Falls - Zimbabwe Sylvie Pons raconte >Makila.fr

Photo interview Sylvie Pons

L’œil qui pétille et sourire aux lèvres, Sylvie revient du Zimbabwe, où elle se rend régulièrement, à la fois pour le travail mais aussi pour se relaxer chez elle, dans sa maison de Victoria Falls. Elle nous livre ses impressions sur ses séjours fréquents dans la région, sur ses coups de cœur et ses dernières découvertes, des Chutes Victoria jusqu’au parc national de Chobe au Botswana. Nous voici partis avec elle, débordante d’énergie et d’optimisme !

Sylvie, à quelle heure démarre ta journée là-bas?

Sylvie Pons

A 6 heures. En Afrique, mais aussi à Paris, je suis calée sur le rythme de l’Afrique, le rythme du soleil ! Je me lève vers 5 heures et dès 6 heures c’est parti pour la journée ! Par contre le soir, je me couche tôt ! Ne comptez pas sur moi !

Pourquoi Victoria Falls ?

Par amour, par amitié … mais aussi pour le mélange de cultures et l’état d’esprit propre à la ville. Victoria Falls est au croisement de 4 pays : le Zimbabwe bien sur, mais aussi la Zambie, la Namibie, et le Botswana. Non seulement, c’est pratique pour se rendre rapidement d’un point à l’autre mais c’est aussi un carrefour riche de rencontres : tous les grands voyageurs, touristes ou hommes d’affaires, passent par ici !

Marathon, Victoria Falls @copyright Maraton Victoria Falls

Et puis Victoria Falls est un peu comme un cocon ; c’est une ville protégée où la mixité et la solidarité sont très présentes dans la vie de tous les jours. Pendant le marathon qui a lieu tous les ans au mois d’août on a l’impression de revivre l’ambiance du tour de France des années 1970 dans les villages ! Chaque année à Noël, tous les habitants de la ville, des enfants aux grands parents, se retrouvent pour un immense jeu de piste dans le parc national des Chutes Victoria. Les villageois, les hôteliers, les patrons, les employés, les jeunes, les vieux, tout le monde a plaisir à se retrouver ; il y a une joie de vivre qu’on ne trouve qu’ici !

Quand tu es chez toi à Victoria Falls, comment fais-tu pour séparer vie professionnelle et vie privée ?

A vrai dire, cela dépend de l’électricité (rires) ! Il arrive fréquemment qu’elle soit coupée pour quelques heures ! Au début, ces coupures d’internet et d’ordinateur me paniquaient ! A force, j’ai dû apprendre à « tout couper ». Lorsque l’électricité ne fonctionne pas, je jardine et je teste de nouvelles cultures ! Après avoir lancé la culture des tomates de Marmande à Victoria Falls (qui a très bien marché), je teste maintenant la culture des petits pois frais ! Si ça marche, plusieurs camps du parc de Hwange m’ont déjà dit qu’ils étaient intéressés !

J’accueille aussi parfois des clients à l’aéroport ; je me rends régulièrement dans les hôtels de la ville et à Camp Hwange. C’est un autre métier que celui d’accueillir les clients, alors j’apprends et c’est passionnant !

Qu’est ce qui te satisfait le plus ?

Avec Wilderness Safaris et Camp Hwange, on s’occupe de la remise en service de l’école de Sinamatella qui va permettre de scolariser 70 enfants. L’école doit ouvrir au début de l’année prochaine. En ce moment, on s’occupe du traitement médical que les enfants doivent suivre pour pouvoir être scolarisés. A ce sujet, si des laboratoires pharmaceutiques nous lisent et peuvent nous aider, cela serait formidable.

Lors de ce dernier voyage, qu’est ce qui t’a marqué ?

J’ai connu le Zimbabwe lors de ses années de crise et à chacun de mes passages, je remarque un changement. Il y a d’avantage de touristes, ce n’est pas toujours facile de trouver de la place dans les hôtels et ça, c’est nouveau ! Il est redevenu possible de louer une voiture et de trouver de l’essence. L’aéroport de Victoria Falls est en train d’être rénové et agrandi ; et au mois d’août, la ville accueillera l’assemblée générale de l’Organisation Mondiale du Tourisme (*). Et puis, il va y avoir de nouvelles élections qu’on attend avec impatience. L’économie est repartie, et cela fait plaisir !

Quelles sont tes nouvelles découvertes ?

Crescent River Lodge, Victoria Falls

Dans le parc national de Victoria Falls, le Crescent river Lodge, qui vient d’ouvrir est juste magnifique ! On y accède en bateau, c’est le seul lodge qui donne vraiment sur le Zambèze. Dès le trajet en bateau, tout est beau ! Les tentes immenses au bord de l’eau, la musique du bruit des Chutes qu’on entend depuis sa chambre, le diner face au Zambèze, tout est réussi !

Sinon au parc National de Chobe, j’ai découvert les nouveaux bateaux d’Ichobezi Boat House qui sont maintenant au nombre de 3. Tous aussi intimes et agréables les uns que les autres, ils permettent de faire des safaris sur la rivière Chobe à l’écart des grands hôtels de groupe, entre les papyrus et les éléphants, et cela, c’est génial et ça change tout mais n’en parlez à personne, c’est un secret que l’on réserve à nos clients !

Tes endroits préférés à Victoria Falls ?

La terrasse du Victoria Falls Safari Lodge

*La terrasse du Victoria Falls Hotel pour y prendre un thé face au pont de Zambie, so British !

*Le Clubhouse du golf de l’Elephant Hill pour ses réunions anti braconnage.

*Le bar du Victoria Falls Safari lodge au coucher du soleil pour siroter un verre tout en admirant les éléphants venus boire au point d’eau.

Danseurs de Boma

*Le dîner barbecue Boma du Victoria Falls Safari lodge pour ses tambours africains.

*Les cataractes, en amont des Chutes Victoria, où l’on peut se baigner entre octobre et avril. A cette époque l’eau y est claire, débarrassée des crocodiles et des hippopotames, du bonheur !

Un objet à ramener de Victoria Falls ?

Une statuette en pierre à savon, les zimbabwéens en font de très jolies ! Et puis j’aime aussi beaucoup leur thé : le Tanganda Tea, léger et un peu poivré !

 

(*) Congrès UNWTO United Nations World Tourism Organization

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.