08. septembre 2012 · Commentaires fermés · Catégories: Divers, Mammifères · Tags: , ,
Nom anglais Spotted hyena
Nom latin Crocuta crocuta

La hyène tachetée est la plus répandue des hyènes.

Description de la hyène tachetée

Hyène tachetée, delta de l'Okavango (Botswana) © ae

Hyène tachetée, delta de l’Okavango (Botswana) © ae

♂ Taille à l’épaule : 70 à 85 cm

Longueur (hors queue) : 120 à 160 cm

Queue : 25 à 30 cm

Poids : 55 à 72 kg

♀ Taille à l’épaule : 80 à 92 cm

Longueur (hors queue) :  140 à 180 cm

Queue : 25 à 30 cm

Poids : 60 à 86 kg

Comment reconnaître la hyène tachetée ?

Empreinte de hyène tachetée

Empreinte de hyène tachetée

La hyène tachetée est la plus grande des hyènes. Son arrière-train est affaissé comme chez les autres hyènes, mais ses oreilles sont rondes et son pelage beige est tacheté de noir, contrairement à ses cousines la hyène brune (oreilles pointues et pelage brun) et la hyène rayée (rayures noires sur pelage clair).

Par ailleurs, les femelles sont toujours plus grandes et imposantes que les mâles, et leurs organes sexuels ressemblent à s’y méprendre à ceux des mâles, rendant difficile la distinction entre les deux.

Photos de hyènes tachetées

 

Vous avez de belles photos de hyènes tachetées ? Partagez-les sur le Guide des Animaux africains

Mode de vie de la hyène tachetée

Alimentation de la hyène tachetée

La hyène tachetée est un prédateur qui se nourrit de grands herbivores (gnous, antilopes, zèbres, buffles…) qu’elle chasse souvent elle-même. Elle peut avaler de très grandes quantités de viande en un seul repas (jusqu’à 14 kg), mais ses besoins sont limités à environ 1,5 kg par jour.

Habitat de la hyène tachetée

La hyène tachetée est capable de s’adapter à beaucoup de milieux, sauf les déserts, les forêts humides et les zones d’altitude. Elle n’hésite pas à fréquenter les lieux habités par l’homme.

Vie sociale et reproduction de la hyène tachetée

Couple de hyènes tachetées, delta de l'Okavango (Botswana) © Dana Allen

Couple de hyènes tachetées, delta de l’Okavango (Botswana) © Dana Allen

La hyène tachetée a la particularité de vivre selon une organisation matriarcale : ce sont les femelles qui dominent les mâles. Les groupes sont formés d’une dizaine d’individus, parfois plusieurs dizaines, et chacun respecte la hiérarchie en adoptant des postures de soumission envers les matriarches. Toutes les femelles peuvent avoir des portées, les mâles se battent entre eux pour pouvoir les approcher, et ne s’accouplent qu’avec l’accord des femelles.

Les 2 à 4 petits naissent dans un terrier après 4 mois de gestation, et sont en concurrence dès leur naissance, ce qui provoque une forte mortalité infantile. Ils sont allaités seulement par leur mère, mais les femelles s’entraident avec un service de « garderie » pour pouvoir aller chasser.

Les petits sont sevrés après un peu plus d’un an (ils ne consomment que du lait et ne sont pas nourris par régurgitation de viande, contrairement à ce qui se fait chez d’autres carnivores), mais n’atteignent leur maturité sexuelle que vers 2 ou 3 ans ; à ce moment les mâles quittent leur clan pour essayer d’en intégrer un autre. Leur espérance de vie est de 15 ans environ.

Où vivent les hyènes tachetées ?

Répartition géographique de la hyène tachetée en Afrique

Répartition géographique de la hyène tachetée en Afrique

En Afrique de l’est (Kenya, Tanzanie en particulier dans le Serengeti et le cratère du N’gorongoro) et dans le sud du continent, au Mozambique (Gorongoza, Niassa), en Namibie (Etosha), au Botswana (Chobe, Moremi et Linyanti), au Zimbabwe (Hwange, Mana Pools, Chizarira, Gonarezhou), en Zambie (Luangwa, Kafue, Liuwa Plains, Lower Zambezi National Park), et en Afrique du Sud (Kruger, Hluhluwe, Umfolozi, Greater St Lucia Wetlands Park, Kgalagadi Transfrontier Park).

Conseils pour voir les hyènes tachetées en safari

Il est possible de voir la hyène en journée, mais elle est plus active le soir et la nuit.

Protection de la hyène tachetée

Statut de conservation IUCN : préoccupation mineure.

La hyène tachetée est encore relativement répandue dans une bonne partie de l’Afrique subsaharienne. Elle est toutefois souvent victime des hommes qui la tuent parfois sans raison, et son habitat hors des zones protégées se réduit.

Elle est encore peu étudiée, mais certains programmes de recherche récents ont pu mettre à mal les préjugés négatifs qui entourent cet animal dans l’inconscient collectif. L’IUCN possède un groupe de recherche spécialisé sur les hyénidés.

Le saviez-vous ?

- La réputation de charognard de la hyène tachetée est infondée : depuis les années 1970, les études ont montré que la hyène chasse souvent (seule ou en bande), mais qu’elle se fait régulièrement voler sa proie… par les lions ! Comme elle préfère chasser la nuit, il est difficile de l’observer en pleine action. Bien sûr, elle est aussi très opportuniste, et n’hésite pas à voler leur proie à des léopards par exemple. Même peu nombreuses, les hyènes arrivent à faire fuir les fauves quand ils sont seuls ou à deux. Le lion, en revanche, est plus difficile à effrayer, et il a par ailleurs tendance à tuer toutes les hyènes qui s’approchent de lui.

- La mâchoire de la hyène est extrêmement puissante, avec une pression vingt fois supérieure à celle du loup ! Elle lui permet de broyer les os, ce qui est impossible pour les autres prédateurs. C’est parce qu’elle mange ce que ces derniers délaissent que la hyène est considérée comme un charognard. Elle régurgite les os avec des boules de poils, et ne laisse que les cornes et les sabots. Son rôle dans l’écosystème est très important, elle est un peu « l’éboueur de la savane ».

- La hyène tachetée, malgré son physique un peu étrange, court très vite : elle peut atteindre 50 km/h, poursuivre une antilope sur 10 km, ou parcourir 60 km en une nuit.

- La hyène tachetée est très territoriale : elle laisse un marquage fréquent sur tous les pourtours de son territoire grâce à des sécrétions blanches produites par une glande anale.

- Les hyènes tachetées communiquent beaucoup entre elles : outre les cris (dont le fameux « ricanement » lorsqu’elles sont très excitées), elles se reniflent mutuellement l’entrejambe en signe de confiance. C’est le dominé qui initie ce geste, en gardant la queue baissée pour signifier sa soumission.

- Bien qu’elle ressemble à un chien, la hyène est en réalité plus proche des félins que des canidés. La famille des hyénidés est en effet voisine de celle des viverridés (genette, civette, mangouste…), et toutes deux sont issues de la branche d’évolution des félins. D’ailleurs, tous les hyénidés ne sont pas carnivores : le protèle est un insectivore qui se nourrit presque exclusivement de termites.

- On pense que la fameuse « bête du Gévaudan », qui a semé la terreur en France au XVIIIe siècle, aurait pu être une hyène apprivoisée.

 

Autres aninaux de safari en relation

  • Hyène bruneHyène brune Nom anglais Brown hyena Nom latin Hyena brunnea La hyène brune est un carnivore localisé au sud de l’Afrique. Description de la hyène brune ♂ et ♀ Taille à […]
  • HippopotameHippopotame Nom anglais Hippopotamus Nom latin Hippopotamus amphibius L’hippopotame est un mammifère herbivore semi-amphibie. Description de l’hippopotame ♂ Taille à […]
  • Chacal à chabraqueChacal à chabraque Nom anglais Black-backed jackal Nom latin Canis mesomelas Le chacal à chabraque est un petit mammifère de la famille des canidés. Description du chacal à […]
  • LycaonLycaon Autres noms Chien sauvage d'Afrique, loup peint, cynhyène Nom anglais African wild dog Nom latin Lycaon pictus Le lycaon est un mammifère de la famille des […]
  • Aigle martialAigle martial Nom anglais Martial Eagle Nom latin Polemaetus bellicosus Extrêmement imposant, l'aigle martial est le plus grand des aigles africains en terme d'envergure. Parmi […]

Commentaires fermés.